« Celui qui danse chemine sur l’eau et à l’intérieur d’une flamme »

 

Federico Garcia Lorca

 

Bienvenue à l’école Tanha – Ecole de danse orientale à Genève!

 

L’école Tanha est née du désir de promouvoir et partager un enseignement qui repose avant tout sur une philosophie et une vision commune de la Danse : l’épanouissement du corps et de l’âme, dans le respect de l’individu et de son développement propre.

Elle est à la fois une structure et un écrin, pour recevoir et transmettre l’infinie richesse de la Danse Orientale, tant dans son expression traditionnelle que dans son évolution contemporaine. Source d’émerveillement et d’inspiration constante pour d’autres formes de danse, qui en retour ont nourri son développement, la danse orientale invite chacun à intégrer une conscience du corps et un état d’esprit ouvert sur soi et sur le monde. Danser est une démarche humble et généreuse.

L’école Tanha est également l’expression d’un désir cher à Isabel Alama, de fédérer un projet d’association de professeurs riches d’un parcours au service du corps enseigné et enseignant. Longuement mûrie au fil du temps, de nombreuses rencontres et de collaborations fructueuses, l’école Tanha regroupe des personnalités bien distinctes, passionnées de culture orientale, au service des spécificités techniques et artistiques de sa danse, ayant en commun un intérêt pour la pédagogie, le corps, ainsi qu’une envie forte d’accompagner chacun dans son cheminement et ses découvertes.

Dans la tradition orientale, on dit que les mots sont à double tranchant et dépendent de la compréhension que nous en avons ! Danse vient du mot Tanha qui en sanskrit exprime le ”désir” et la ”joie de vivre”. Bien loin des vieux concepts moraux qui mêlent le corps et le désir au pêché originel et à la luxure, les professeurs qui dispensent des cours à l’école Tanha, associent le mot tanha à l’élan/souffle, celui qui anime en nous le désir premier de vivre, et dans le plaisir retrouvé de danser, de le célébrer !

Yalla ! L’aventure commence… Joignez-vous à nous !

Orientalement vôtre,

Isabel Alama